La Gazette de Changhai : (30) Les infrastructures de Changhai à l’aube du XXe siècle

De Histoire de Chine
Révision datée du 1 janvier 2024 à 02:15 par David (discussion | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)


Cet article fait partie de la collection de La Gazette de Changhai. → Voir la collection

rédigé par Charles Lagrange

Le développement et les extensions des deux concessions entraînent bien vite un besoin d’infrastructure et d’équipement urbain moderne. À l’aube de ce XXe siècle la ville de Changhai va donc voir se multiplier les initiatives dans ce domaine, et ce, à la grande satisfaction de ses habitants.

Les services municipaux des deux concessions se rendent très vite compte qu’une ville de la taille de Changhai devait se doter d’installations modernes, à l’instar des grandes métropoles occidentales. Voyons quand et comment ont été créés les principaux services publics.

L’eau

Pendant toutes les premières années de la vie des concessions, l’approvisionnement en eau reposait sur deux sources peu hygiéniques : les eaux du Whampoo (Huangpu) et du Soochow creek (Suzhou river), ou alternativement l’eau saumâtre sortant des puits creusés ça et là… L’eau était versée dans des grandes jarres et mélangée à de l’alun pour en précipiter les solides, et ensuite bouillie pour en tuer les bactéries. Malgré cela, la qualité de l’eau a été à l’origine de nombreuses épidémies de choléra et de fièvre typhoïde.

Shanghai Waterworks

Le sujet est discuté à de nombreuses reprises au Shanghai Municipal Council (SMC) et c‘est en 1880 que la décision est prise de confier à la société Drysdale, Ringer and Co. de placer des conduites, construire un château d’eau et une station de traitement (devenue réellement une épuration en 1927) sur Broadway road (Yanshupu) en aval de la Concession Internationale. En avril 1883, les « Waterworks » commencent la distribution d’eau dans les deux concessions. Le réseau est vite agrandi afin de faire bénéficier les populations chinoises des mêmes facilités, ceci afin de préserver les étrangers de nouvelles épidémies….

Malgré de nombreuses réclamations sur les tarifs et des propositions de reprise par le SMC, le Shanghai Waterworks Company continuera à approvisionner la ville jusqu'à aujourd’hui. Les bâtiments de la station sont d’ailleurs toujours debout.

L’éclairage

L’éclairage au gaz avait été graduellement installé dans les deux concessions dès les années 1860. L‘idée d’installer l’électricité nait en 1882. En juin de la même année, un premier luminaire est inauguré en grande pompe dans le jardin public du Bund. La société de M.R.W. Little est autorisée à ériger des poteaux et amener des câbles afin d’alimenter certaines résidences sur le Bund et dans la Concession française.

Cependant l’entreprise rencontre une grande opposition : le Taotai d’une part qui considérait l’électricité comme dangereuse et en avait fait état auprès des deux conseils municipaux ; la Gas Company d’autre part qui protégeait ses intérêts…

Le réseau se développe toutefois mais avec de sérieux problèmes d’alimentation car la compagnie de M. Little n’avait pas les moyens de construire une nouvelle centrale.

C’est en 1893 que la situation change lorsque la société est rachetée par le SMC pour 66.000 Taels et est dès lors exploitée par ses services. Le courant sera distribué à la Concession française jusqu'à la création de la Société Française du Tramway et de l’Electricité en 1908 – dont nous reparlerons.

La poste

Timbres de la poste Impériale chinoise

Depuis le début de l’installation des Européens à Changhai, les grandes nations établissent leurs propres services de courrier acheminés par les navires battant pavillon à leurs couleurs. Ainsi existaient à Changhai les bureaux de poste anglais, français, allemand, russe, japonais et américain, tous répartis dans les rues avoisinantes du Bund.

En 1896 est créée la poste Impériale Chinoise, sous la supervision des Douanes Maritimes chinoises dirigées depuis dix ans par le fameux Sir Robert Hart, un irlandais arrivé en Chine 31 ans plus tôt et dont nous avons parlé.

Lettre timbrée par le service postal français en Chine

Les postes chinoises commencent à distribuer le courrier dans les ports ouverts et exigent alors la fermeture des bureaux de poste locaux. Les chambres de commerce et les contribuables ont rechigné mais ont dû rentrer dans le rang car les compagnies maritimes prennent la décision de n’utiliser que les postes impériales.

Ce n’est que 20 ans plus tard que la Chine a été admise à l’Union Postale et ce n’est qu’à la convention de Washington en 1921 qu’il a été mis officiellement fin aux postes locales…

Un superbe édifice sera érigé en 1907 sur le bord du Soochow creek dans la Concession Internationale, et qui aujourd’hui est toujours debout (angle Bei suzhou lu/Sichuan zhong lu).

Le télégraphe

Immeuble du Great Northern Telegraph sur le Bund

La première tentative de construction d’une ligne télégraphique date de 1865 quand un certain M. Reynolds essaie de relier Changhai à Wusong, au confluent du Huangpu et du Yangzi, et ce afin d’être prévenu de l’arrivée des navires transocéaniques dont les marchandises étaient transbordées sur des bateaux et barges de moins gros tonnage.

Le Taotai de Changhai s’y oppose vivement, prétendant que les poteaux étaient mauvais pour le « fengshui » et prétextant la mort d’un homme à l’ombre de l’un d’entre-eux….

La première ligne qui fonctionnera réellement a été celle qui reliait le Quai de France à la Concession américaine.

En 1870 est installée la ligne reliant Changhai à Hong Kong et comme le Taotai ne voulait toujours pas de poteaux télégraphiques sur son territoire, le relais de l’île Guzlaff dans l’archipel des Chusan, ainsi que l’extrémité de la ligne à Wusong ont dû être aménagés sur des navires ancrés au large. Même la liaison Wusong-Changhai a dû être cachée afin de ne pas offenser les autorités…

L’attitude des Chinois change du tout au tout après les troubles frontaliers avec la Russie de 1880/81 et les autorités de la Concession internationale reçoivent enfin l’autorisation de planter les poteaux le long de la route Changhai-Wusong…   

Le téléphone

Intérieur de la Shanghai Mutual Telephone Co

Le premier réseau téléphonique a été créé en 1881 par la société danoise Great Northern Telegraph Co. et desservait 338 abonnés, en plus de la Municipalité de la Concession internationale.

En mars 1898, à la suite d’un appel d’offre, le contrat est adjugé à la compagnie Shanghai Mutual Telephone Co. dont la mission était d’étendre le réseau dans tout Changhai. C’est chose faite dès août 1900 lorsque plus de 100 sous-stations sont opérationnelles dans les deux concessions. Cette société gardera le contrôle du réseau jusqu'à la fin du régime des deux concessions.

Immeuble de la Shanghai Mutual Telephone Co en 1908

Le chemin de fer

Le premier projet de ligne de chemin de fer en Chine est celui qui devait relier Changhai à Wusong. La construction d’un premier tronçon de la ligne est réalisée en 1876 à l’insu du Taotai de Changhai. A cette époque, celui-ci voyait en effet d’un très mauvais œil l’apparition de ce « dragon de feu ». La ligne, qui avait une longueur de 7 kilomètres, reliait Changhai à Kiangwan et s’avéra très populaire à telle enseigne qu’un service régulier de 6 trains par jour était assuré.

Inauguration de la ligne Changhai-Wusong

Ce, jusqu'au 3 août 1876, jour où un passant maladroit (ou malintentionné a-t-on dit dans la communauté étrangère) est écrasé par la locomotive. Les autorités chinoises négocient alors le rachat de la ligne, démontent les rails et envoient tout le matériel à Formose où il pourrira sur une plage…..

La deuxième tentative est celle de 1901 qui coïncide avec l’aménagement du fleuve Whampoo (Huangpu) par le Whampoo Conservancy Council : la ligne se déroule sur 25 kilomètres et assure un service régulier entre Changhai et Wusong.

Cette ligne, avec celle qui relie Pékin à Chanhaikwan (Qinhuangdao) sur la baie de Bohai, sont les premières d’une longue série de lignes ferroviaires financées et construites par les Français, les Belges, les Anglais et les Russes et dont nous avons parlé.

Trois ans plus tard commencent les travaux de la ligne Changhai-Nankin. Les premières conventions relatives à la construction de ce lien majeur entre la capitale économique et l’ancienne capitale du sud datent de juillet 1904 lorsqu’un accord intervient entre le directeur de l’Imperial Chinese Railways Administration, et la maison anglaise Jardine Matheson & Co et la Hong Kong & Shanghai Bank et ce, pour un emprunt de 80 millions de francs français sur 50 ans à 5% d’intérêt. Les travaux démarrent en octobre 1904 et dès la fin mai 1908, le premier train de Changhai arrivera à Nankin.

Après avoir fait le point sur les services publics à l’aube du XXe siècle, nous nous pencherons sur la création en 1903 d’une université prestigieuse : l’Université Aurore. Restez branchés…